La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « saper »

Saper

Définitions de « saper »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAPER1, verbe trans.

AGRIC. Couper des céréales, des fourrages avec une sape (v. sape1). Saper des blés. Le sapeur tient (...) de l'autre main un crochet (...) qui lui sert à maintenir la partie de fourrage qui va être sapée (Ballu, Mach. agric., 1933, p. 289).
Prononc. et Orth.: [sape], (il) sape [sap]. Homon. et homogr. saper2 et 3. Étymol. et Hist. 1. 1229-44 « bêcher, creuser » (Assises de Jérusalem, éd. Beugnot, t. 2, p. 214); 2. 1842 « couper les céréales avec la sape » (Ac. Compl.). Dér. de sape1*; dés. -er.
DÉR.
Sapeur, subst. masc.,agric. Ouvrier agricole travaillant avec une sape. Le sapeur [sape] de façon que le contenu du crochet [de la sape] forme une javelle, c'est-à-dire la valeur d'une demi-botte (Ballu, Mach. agric., 1933, p. 392). [sapœ:ʀ]. 1reattest. 1845 (Besch.); de saper1, suff. -eur2*.

SAPER2, verbe trans.

I.
A. −
1. [Le suj. désigne une pers.; le compl. d'obj. désigne une construction] En détruire les fondements pour la faire écrouler. Saper une muraille, la saper par le pied, par le fondement (Ac. 1798-1935). Il lève la tête et voit l'armée des martyrs renversant dans Rome les autels des faux dieux, et sapant les fondements de leurs temples parmi des tourbillons de poussière (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 235).Le sultan dut une troisième fois, à grand renfort de mines, recommencer le siège. La base étiolée était sapée, des pans entiers du mur s'effondraient (Grousset, Croisades, 1939, p. 384).P. métaph. C'est au milieu du tumulte et des orages qu'en fut élevé l'édifice [de la Constitution], édifice pompeux que nos ennemis travaillent sans cesse à renverser; tantôt ils le minent sourdement, tantôt ils le sapent audacieusement (Marat, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p. 124).
2. P. anal. [Le compl. d'obj. désigne un arbre] L'entamer, le couper à la base pour l'abattre. Quand l'ébrancheur l'eut mis à nu [un hêtre], eut terminé sa toilette de condamné, quand les bûcherons en eurent sapé la base, cinq hommes commencèrent à tirer sur la corde attachée au faîte (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Pte Roque, 1885, p. 1035).Les bûcherons, employés l'été à des carrières, disaient avoir éprouvé autant de peine à saper cet arbre qu'à fendre un banc de silex (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 49).
Empl. abs. À chaque coup de reins elles poussent un cri grave comme celui des bûcherons qui sapent (Gide, Journal, 1896, p. 85).
B. − P. anal. [Le suj. désigne un agent naturel] Détruire, user, consumer quelque chose en l'attaquant à la base. C'était, sans interruption, le fracas du tonnerre, et celui, plus fort encore, de pans entiers de murailles rocheuses, sapées par l'inondation, qui s'écroulaient d'un seul coup (Benoit, Atlant., 1919, p. 82).Les flammes, tout à coup, s'élevèrent jusqu'aux hunes, et les mâts, sapés à la base par le feu qui agissait furieusement dans les cales, s'effondrèrent aussitôt (Valéry, Variété III, 1936, p. 234).
C. − Au fig. Tendre à anéantir, à détruire radicalement (une réalité d'ordre social ou moral). Il est vrai que l'armée des journaux ne cessa de manœuvrer de façon à miner, saper la monarchie de droit antique jusqu'à ce qu'il suffît d'un souffle pour la renverser (Vigny, Mém. inéd., 1863, p. 73).La diffusion des nouvelles par la presse, la radio, la télévision, liées aux employeurs et au gouvernement, joue un grand rôle pour saper le moral ouvrier (Traité sociol., 1967, p. 494).
SYNT. Saper les bases, les fondements, les principes de qqc.; saper qqc. dans ses fondements, dans ses principes; saper qqc. à la base; saper l'État, la religion; saper les préjugés, les traditions; saper la liberté, l'amour, la volonté, la foi.
Empl. abs. [Il] dénonçait des abus, lançait des boutades. C'était son mot. Homais sapait; il devenait dangereux (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 203).
[P. méton.,] [le compl. d'obj. désigne une pers.] Seulement, j'ai vu Rome qui me travaille, me sape, me taraude (Barrès, Cahiers, t. 2, 1902, p. 268).
II. − Argot
A. − Saper qqn. Le condamner (à une peine, un châtiment). Ce sont hommes prudents, peu soucieux de se faire saper (condamner aux travaux forcés) (Hogier-Grison, Monde où l'on vole, 1887, p. 218).V. girond A ex. de Prévert.
Saper à/être sapé à, de + compl. indiquant la peine.J'ai été sapé à trois marquets: J'ai été condamné à trois mois (Moreau, Souv. Pte et Gde Roquette, t. 1, 1884, p. 234).Saper au glaive. ,,Condamner à mort`` (France 1907).
B. − Saper + compl. indiquant le châtiment, la durée de celui-ci.Être condamné à. Saper dix-huit marques, être condamné à dix-huit mois de prison (Lacassagne, Arg. « milieu », 1928, p. 131). Il a sapé trois piges pour casses (malf. 1926) (Esn.1966).
Empl. abs. Être condamné. [Les gardiens me voyaient emmener les trois évadés sur le Maroni;] mais (...) on ne pouvait rien me faire; pour que je sapes [sic] il faut, d'après la loi, que l'on « m'arrête » avec eux (Dussort, Mém., Cavale, 1929-34, dép. par G. Esnault, 1953, p. 2).
Prononc. et Orth.: [sape], (il) sape [sap]. Homon. et homogr. saper1 et 3. Ac. 1694-1740: -pp- (docum. v. Bonald, Essai analyt., 1800, p. 185, Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 307, 484); dep. 1762: -p-. Étymol. et Hist. A. 1. 1547 sapper milit. « détruire les fondements d'une muraille, d'un édifice, etc. » (J. Martin, Architecture de Vitruve, 152b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 159); 1552 au fig. saper (Ronsard, Les Amours, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 51: Amour adonc qui sape, mine et ronge De ma raison le chancelant rempart); 2. av. 1620 sapper « détériorer, user en creusant à la base (en parlant de l'eau) » (Saint-Amant, La Solitude, 138 ds Œuvres, éd. J. Bailbé, t. 1, p. 44). B. 1. 1807 région. Lorraine « punir, frapper » (Michel (J.-F.) Expr. vic., p. 171); 2. 1867 arg. « condamner » (Stamir, Corsaire ds Larch. 1872). A empr. à l'ital. zappare, att. au sens 1 dep. 1553 (Giornale dell' assedio di Montalcino ds Tomm.-Bell.), d'abord « travailler la terre avec le hoyau » (dep. 1304-08, Dante, ibid.), dér. de zappa « hoyau » (v. sape1et FEW t. 11, pp. 211-212a). B est issu p. métaph. de A.
DÉR. 1.
Sape, subst. fém.,arg. Condamnation (à une peine, un châtiment). Il a deux ou trois sapes (Sandry, Carrère, Dict. arg. mod., 1953, p. 171). [sap]. Homon. sape1, 2 et 3. 1reattest. 1928 (Lacassagne, op. cit., p. 185); déverbal de saper2.
2.
Sapement1, subst. masc.Action de saper (supra I). (Dict. xixeet xxes. sauf ds Ac.). Le sapement d'un mur, d'un ouvrage (Lar. Lang. fr.). Géomorphol. ,,Creusement, surtout par les eaux (vagues de la mer, cours d'eau), à la base d'un versant escarpé, avec formation éventuelle de surplomb, d'encorbellement qui préparent des glissements de terrain ou des éboulements`` (George 1984). [sapmɑ ̃]. 1resattest. a) 1559 sappement « action de creuser une tranchée pour détruire un mur » (G. Du Bellay ds Mém. de Martin Du Bellay, éd. 1569, L. VIII, 248 v o), b) 1964 sapement géomorphol. (Lar. encyclop.); de saper2, suff. -ment1*.
3.
Sapement2, subst. masc.Condamnation (à une peine, un châtiment). Il lui avait lu son sapement: « Vous êtes condamné à cinq ans de réclusion et dix ans d'interdiction de séjour » (Le Breton, Rififi, 1953, p. 218). [sapmɑ ̃]. 1reattest. 1873 (Figaro, 4 août ds Larchey, Dict. hist. arg., 1878, p. X); de saper2, suff. -ment1*.
BBG.Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 546 (s.v. sapement).

SAPER3, verbe trans.

Arg. Habiller, vêtir. Il m'a sapé tout neuf le frère. Fini le tergal, les chemisettes, les socquettes et les vieux lacets! Tout dans le velours, le cuir et tout! (E. Savoyaud, Petite fugue équinoxe, 1974, p. 18 ds Cellard-Rey 1980).
Plus cour.
Empl. pronom. réfl. S'habiller (de telle ou telle manière). À midi, j'suis réveillé, en pleine forme. J'me sape. J'ai ma bonne Packard qui m'attend au garage (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 186).
Au part. passé. Être sapé; être bien, mal sapé. J'ai été quand même revêtu, absolument flamboyant, extrêmement chaud mais solide... Quand je me suis vu sapé tout neuf, j'ai perdu un peu ma confiance! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 354).
Prononc. et Orth.: [sape], (il se) sape [sap]. Homon. et homogr. saper1 et 2. Étymol. et Hist. 1919 saper, bien sapé (Arts et Métiers, Aix d'apr. Esn.); 1928 id. (Lacassagne, Arg. « milieu », p. 185). Orig. inc. Cf. Cellard-Rey.
STAT.Saper1 à 3. Fréq. abs. littér.: 142.

Wiktionnaire

Verbe 3 - français

saper \sa.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire), (Canada) Mâcher bruyamment avec la bouche ouverte.
  2. (Populaire), (Canada) Boire bruyamment un liquide, en aspirant comme dans une paille.

Verbe 2 - français

saper \sa.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) Habiller.
    • Ah ! Voilà enfin le roi de la classe ! L’homme trop bien sapé Abitbol ! — (Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, dialogue du film : La Classe américaine - (le Grand Détournement), 1993)
    • Et toujours bien sapé avec ça. Avec un goût très sûr, dès qu’il commence à gagner un peu d’argent, Thelonius est toujours tiré à quatre épingles. — (Laurent de Wilde, Monk, 1996, collection Folio, page 216)
    • Maëlys s'est pointée, elle avait laissé son ciré rouge qui lui allait si bien ; pourtant, il drachait sacrément, c'est fait pour ça, les cirés. Et elle s'était un peu sapée, j'avais dû lui dire que c'était un truc hype, […]. — (Louis Daboussy, Tue-l'amour, Éditions Léo Scheer, 2021, chap. 5)

Verbe 1 - français

saper \sa.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Travailler avec le pic et la pioche à détruire les fondations d’un édifice, d’un bastion, etc.
    • L’auteur anonyme des Gesta dit simplement que « les nôtres avaient sapé » la muraille, ce que voyant, les « Sarrasins furent pris de terreur et s’enfuirent dans la cité ». — (Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174: Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabe, Presses de l’IFPO, 2009, page 526)
  2. (Par extension) Se dit de l’eau qui effectue les mêmes destructions, par érosion.
    • Elles [= les eaux] descendirent des hauteurs voisines avec la violence et le bruit d’un torrent impétueux, qui aurait entraîné dans sa course des milliers de cailloux, et sapèrent en un instant le tiers des murs de la ville. — (Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, traduction de Louis-François Bellaguet, tome III, Crapelet, Paris, 1861, page 279)
    • Le clapotis de l’eau a sapé la base de ce qu'on peut appeler la dune et, en certains endroits, il existe une véritable petite falaise, parce que le sable commence à s’y consolider. — (Gilbert Ranson, Missions dans le Pacifique : récifs coralliens, huîtres perlières, P. Lechevalier, Paris, 1962, page 41)
  3. (Figuré) Détruire les fondements d’une croyance, d’une idée, d’une civilisation.
    • Spinoza sapa les fondements de la foi, et ne tendait pas moins qu’à renverser l’édifice de la religion. — (Frédéric II & Voltaire, L’Anti-Machiavel, 1739 (édition de 1947))
    • Mais pendant que les khalifes, successeurs du prophète, étendaient leur domination et leur culte sur une partie considérable de l’ancien monde, des dissensions sanglantes qui s’élevèrent au sein de l’islamisme, sapèrent ce vaste empire par sa base. — (Alexandre Louis Félix Alix, Précis de l’histoire de l’Empire Ottoman depuis son origine jusqu’à nos jours, tome I, Brée et Sannier, Lyon, 1822, page V de l’introduction)
    • En bousculant le libre-échange, M. Trump est en train de saper l’attractivité des Etats-Unis. — (Stéphane Lauer, « Trump, finalement, ça marche ? », Le Monde. Mis en ligne le 17 septembre 2018)
  4. (Argot) (Vieilli) Condamner.
    • Sa manière envers les gens qui revenaient condalnés de la Cour d’assises était originale : « Ne vous désolez pas ainsi, mon petit père ! Faites comme moi. [...] On m’a sapé plus dur que vous, et je ne m’en porte pas plus mal. » — (Adolphe Chenu, Les malfaiteurs, E. Dentu, Paris, 1867, page 81)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAPER. v. tr.
Travailler avec le pic et la pioche à détruire les fondements d'un édifice, d'un bastion, etc. Saper une muraille, la saper par le pied, par le fondement. Il se dit figurément en parlant de Religion, de morale, de politique. Saper les fondements d'un État, de la société, de la religion.

Littré (1872-1877)

SAPER (sa-pé) v. a.
  • 1 Terme rural. Abattre les céréales avec le fauchon ou la sape.
  • 2Travailler avec le pic et la pioche à détruire les fondements d'un édifice, d'un bastion, etc. Puis, pour donner assaut, ils sapent ses murailles, Mairet, M. d'Asdrub. I, 3.

    Par extension. Sur l'ennemi commun [le lutrin] ils fondent en tumulte ; Ils sapent le pivot, qui se défend en vain, Boileau, Lutr. IV. Semblable à ces terrains qui paraissent fermes et immobiles, mais que l'on sape peu à peu par dessous, Fénelon, Tél. XX.

    Fig. Puissent tous ses voisins [de Rome], ensemble conjurés, Saper ses fondements encor mal assurés, Corneille, Hor IV, 5.

  • 3 Terme de maçonnerie. Abattre un mur par le pied.

    Se dit aussi des rochers qu'on veut faire ébouler et qu'on abat par sous-œuvre et par le pied.

  • 4 Fig. Miner en attaquant les principes, comme on mine une muraille en attaquant les fondements. Les sentiments [d'un livre de Buchanan] sont si excessifs, qu'il a été discuté par les plus habiles gens de la réforme ; mais aujourd'hui M. Jurieu en prend l'esprit ; et aussi ne lui restait-il que ce moyen-là de saper les fondements et de renverser le droit des monarchies, Bossuet, 5e avert. 12. On en a vu enfin [des maux] qui ont sapé par les fondements de grands empires, La Bruyère, X. Il est clair que leur système [des optimistes : tout est bien] sape la religion chrétienne par les fondements, et n'explique rien du tout, Voltaire, Dict. phil. Bien, tout est bien.

HISTORIQUE

XVIe s. J'ay par si longtemps jeusné que les jeusnes m'ont sappé toute la chair, Rabelais, Pant. V, 1. … à fin que tout seuls nous sappions Les haultes tours et murailles de Troie, Amyot, Com. lire les poët. 31. Quand douteusement avecques crainte et peu à peu elle [la remontrance] vient à approcher et toucher le faillant, elle sappe et mine petit à petit son vice, Amyot, Comm. disc. le flatt. 55. S'ils [les médecins et leur régime] ne font aultre bien, ils font au moins cecy, qu'ils preparent de bonne heure les patients à la mort, leur sappant peu à peu et retranchant l'usage de la vie, Montaigne, IV, 263.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « saper »

(Verbe 1) De l’italien zappare (« piocher, creuser »).
(Verbe 2) Origine obscure, peut-être lié au précédent avec le sens de « tailler [un vêtement] », de là « vêtir ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sape ; ital. zappare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « saper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
saper sape

Citations contenant le mot « saper »

  • Accuser un homme de lâcheté, c’est saper le piédestal de sa virilité. De Shashi Deshpande / Question de temps
  • Le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, s'est adressé mercredi matin aux militaires, à l'occasion du 75e anniversaire de la troupe, les exhortant à rester alertes, notamment face "aux tentatives répétées d'Israël de saper l'unité nationale" libanaise. Cette mise en garde intervient deux jours après des tirs d'artillerie israéliens sur un secteur frontalier et alors que l'armée israélienne a annoncé mardi l'envoi de nouveaux renforts le long de sa frontière avec le Liban.  L'Orient-Le Jour, Joseph Aoun à la troupe : Restez alertes face aux tentatives d'Israël de saper notre unité nationale - L'Orient-Le Jour
  • Les Etats-Unis ont ainsi adopté des lois sans précédent : contre les dirigeants chinois responsables de saper les libertés à Hong Kong ou contre les individus et les entreprises liés aux violations des droits des Ouïgours. Avec la décision de fermeture, le 22 juillet, du consulat chinois à Houston, l’hostilité est encore montée d’un cran. La riposte n’a pas tardé : fermeture du consulat américain à Chengdu. L'Obs, Entre les Etats-Unis et la Chine, le combat des Titans
  • Ce vendredi, comme pour nous saper définitivement le moral, les chiffres européens nous précisent que c’est aussi grave chez nos voisins, de -10% en Allemagne à -18% en Espagne. L'Echo, Sans relance, pas de prospérité à partager | L'Echo
  • Les attaques des autorités marocaines visant à saper la crédibilité d’Amnesty International et la campagne de diffamation orchestrée contre le bureau d’Amnesty au Maroc, qui se trouve à Rabat, montrent que le gouvernement ne tolère plus que l’on surveille et que l’on critique de façon pourtant légitime son bilan en matière de droits humains, a déclaré Amnesty International le 4 juillet.  , Maroc et Sahara occidental. La campagne de diffamation contre Amnesty International met en évidence l’intolérance du gouvernement marocain à l’égard de la surveillance de la situation dans le pays | Amnesty International
  • "à nouveau dans la tourmente" ? Et si ladite tourmente et une nième polémique se limitaient à certaines rédactions, toujours réactives dans ce même sens ? À croire que la presse écrite, parlée et télévisée n'a qu'une ambition : laisser traîner stylos, micros et caméras auprès des milieux de non-droit qui contestent tous les acquis de notre société et n'ont qu'une ambition : saper notre droit de vivre ensemble. Quand ils ne sont pas des parasites individuels. Peut-être cela fait-il vendre ? Perso, cela m'écoeure. ladepeche.fr, Gérald Darmanin à nouveau dans la tourmente - ladepeche.fr

Traductions du mot « saper »

Langue Traduction
Anglais undermine
Espagnol socavar
Italien minare
Allemand untergraben
Chinois 破坏
Arabe تقويض
Portugais minar
Russe подрывать
Japonais 弱体化
Basque ahuldu
Corse minà
Source : Google Translate API

Synonymes de « saper »

Source : synonymes de saper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « saper »

Saper

Retour au sommaire ➦

Partager